vendredi 8 juillet 2011

Le "mouvement de la Gloire" et la "troisième vague" charismatique

[Edit : il est recommandé de lire, en complément de l'article ci-dessous, la suite, accessible ici].  

Voilà déjà plus d'un an, en  avril 2010, paraissait aux éditions du Cerf un ouvrage consacré aux "nouveaux courants charismatiques" dans l'Eglise catholique. Ce recueil de textes, écho d'un séminaire tenu sous l'égide de la Conférence des Evêques de France (voir ici la présentation du livre par Mgr Boishu, responsable du groupe épiscopal d'accompagnement du Renouveau charismatique), évoque notamment le courant récemment apparu au sein du Renouveau catholique, dénommé "mouvement de la Gloire".
Ce mouvement, dont une des principales figures de proue est le théologien Silouane Ponga, un religieux d'origine africaine membre de la communauté des Béatitudes, actuellement supérieur provincial des communautés d'Afrique (voir mon commentaire plus bas pour l'explication de la suppression de ce passage) contribue à "réintroduire l'extraordinaire chrétien" dans l'Eglise catholique, selon Justine Louis, auteur d'une passionnante thèse soutenue en 2008 à l'Université de Lyon 3 (accessible en ligne ici)1.
Frère Silouane Ponga

Caractéristique de ce "mouvement de la Gloire", le fait d'être transconfessionnel, à vocation oecuménique. Des prêtres  et des laïcs catholiques issus du Renouveau y oeuvrent avec des protestants, notamment des fidèles et des pasteurs évangéliques de la "troisième vague charismatique", tels que Carlos Payan en France, fondateur du mouvement "Paris, tout est possible", très investi dans l'organisation des conférences "Embrase nos coeurs" et par ailleurs responsable local de l'Association Internationale des Ministères de Guérison (AIMG)2.

Pour y voir plus clair, il n'est peut-être pas inutile de rappeler ce qu'est cette « troisième vague », née vers la fin des années 1970 mais qui a pris de l'ampleur, mondialement, à partir de la décennie suivante. Pour faire court, il s'agit d'un ensemble de mouvements évangéliques charismatiques dont une des principales caractéristiques est de mettre l’emphase, avant toute autre chose, sur la « puissance divine » opérant guérisons et miracles. Certes, cet aspect des choses n’est pas absent dans le cas des deux premières "vagues" pentecôtistes et charismatiques apparues pour la première au début du XXème siècle et pour la seconde au cours des années 1960. Toutefois, dans ces deux "vagues", l’effervescence originelle et les diverses modalités de l’expression charismatique ont été plus ou moins rapidement encadrées et canalisées. Ainsi, dans le pentecôtisme évangélique « classique » (dans les Assemblées de Dieu, par exemple), l’expression charismatique est aujourd'hui assez strictement contrôlée et doit toujours trouver sa justification dans les écrits évangéliques. Dans le cadre de la "deuxième vague", au sein du Renouveau charismatique catholique par exemple, rapidement repris en main par les institutions ecclésiales dès les années 1970, cette expression est  subordonnée, de surcroît, à la tradition catholique. Dans la "troisième vague", par contre, ce qui prime, c’est avant tout la manifestation immanente de la présence divine par le biais de l’Esprit-Saint se révélant avec "puissance" par des miracles de toutes sortes (y compris, dans certains cas, par des "pluies de paillettes d'or" sur les fidèles ou des transformations de plombages dentaires en or). Au sein des différents courants de ce "power evangelism", les  préoccupations eschatologiques et celles concernant la lutte entre puissances bénéfiques et démoniaques - lutte à laquelle le chrétien charismatique doit prendre part en tant que "soldat de Dieu" - sont encore bien plus marquées que dans le pentecôtisme "classique". D'autant que, souvent, contrairement au pentecôtistes "classiques" qui sont, eux, généralement prémillénaristes, pour beaucoup de croyants en phase avec cette "troisième vague", le Millénium est déjà là, et il faut, de ce fait, "combattre aux côtés du Christ en vue de la victoire finale sur les forces des ténèbres". C’est dans cette mouvance évangélique, sous l'impulsion de divers théologiens et évangélistes3 que sont nées des innovations conceptuelles telles que la "Parole de Foi" ou la "théologie de la prospérité", la "guerre spirituelle" ("spiritual warfare") et la "cartographie spirituelle" ("spiritual mapping") et des formes d’expression charismatiques inédites telles que celles en usage dans le "torontisme" (courant dénommé ainsi en référence aux manifestations qui mirent en effervescence, à partir de 1994, une assemblée évangélique charismatique de Toronto, au Canada).

Alors qu’une fraction de cette "troisième vague" est opposée à l’œcuménisme transconfessionnel4, le "mouvement de la Gloire" est, lui, largement ouvert au contact œcuménique, notamment avec les charismatiques catholiques. Non sans un certain succès, d'ailleurs, car parmi ces derniers, en effet, on rencontre bon nombre de fidèles en quête d’un mieux-être, physique ou spirituel, sensibles au message délivré par des groupes "néocharismatiques" protestants évangéliques qui prêchent la guérison (healing) et les miracles, par la "grâce d’un Dieu puissant qui veut que ses enfants soient en bonne santé, épanouis et prospères". C’est de facto par le biais de cette frange que s’opère la jonction entre "deuxième vague" (une frange, en tout cas de cette "deuxième vague", y compris dans le clergé catholique encadrant des groupes charismatiques) et "troisième vague". Cette perspective œcuménique, si elle existait déjà, avant les années 1980, dans le courant pentecôtiste-charismatique, est surtout représentée aujourd’hui par ce "Mouvement de la Gloire".

Lien vers la suite de ce texte : ici

______________________________________________________________
1. LOUIS Justine, L'Eglise catholique face à l'extraordinaire chrétien depuis Vatican II, thèse de doctorat d'Histoire contemporaine (sous la direction de Régis Ladous), Université Jean Moulin, Lyon 3, 2008.
2. l’Association Internationale des Ministères de Guérison (AIMG) émane d’un « Ministère » créé au Minnesota par un couple de pasteurs nord-américains, Jim et Ramona Rickard, dans le cadre du réseau évangélique charismatique RAIN (Resurrection Apostolic International Network). En Europe, c’est par le biais d’évangélistes charismatiques locaux de "troisième vague" comme, en Suisse, Jean-Luc Trachsel, ou, en France, Carlos Payan, que l’AIMG s’est implantée. Sur l'AIMG, et plus particulièrement sur les "chambres de guérison" mises en place en Suisse par cette association, voir l'article de Christophe Monnot et Laetitia Krummenacher : "Corps lieu d'épreuxe, lieu de la preuve. Récits d'usagers de la chambre de guérison de Genève", paru dans le numéro 22 (mai 2011) de la revue d'ethnographie en ligne ethnographiques.org (voir ici).
3. D'origine nord-américaine en général, comme Kenneth Hagin, C.P. Wagner ou John Wimber, mais aussi anglaise comme Derek Prince, allemande comme Reinhard Bonnke ou sud-coréenne comme David Yonggi-Cho.
4. Notamment le courant que l'on pourrait dénommer "conspirationniste" (dans la mesure où un de ses principaux "chevaux de bataille" est la dénonciation d'un supposé complot satanique visant à l'instauration d'un Nouvel Ordre Mondial). Ce courant, dont les têtes de file sont, par exemple, les évangélistes Michelle d'Astier de la Vigerie, Henri Viaud-Murat ou l'apôtre d'origine congolaise Shora Kuetu, se différencie également du "mouvement de la Gloire" par son prémillénarisme (les fidèles sont dans l'attente de "l'enlèvement de l'Eglise" précédant le Millénium) et son rejet sans appel de la "théologie de la prospérité".
5. Ce sont notamment les contacts œcuméniques que des pentecôtistes évangéliques "classiques" eurent, dans les années 1950-1960, avec des catholiques et des protestants non pentecôtistes qui contribuèrent à l’émergence de la "deuxième vague" charismatique au sein des Eglises établies. Cet œcuménisme là s’est beaucoup refroidi depuis, à l’exception de ce qui se pratique encore dans un mouvement paraecclésial international comme le Full Gospel Business Men’s Fellowship International créé en 1952 par l'américain d'origine arménienne Demos Shakarian.

12 commentaires:

  1. Votre analyse sur les 3 vagues pentecôtistes ou charismatiques (1920, 1960, aujourd'hui) est très intéressante. J'ignorai notamment que pour la plupart de ceux qui se situent dans la 3º vague, le Millénium est déjà.

    Au plaisir de vous lire.

    RépondreSupprimer
  2. Merci beaucoup pour l'intérêt porté à mon blog et pour votre appréciation sur cet article. Une petite précision, cependant : lorsque j'écris que pour bon nombre de charismatiques évangéliques de "troisième vague", "le Millénium est déjà là", je ne veux pas dire que le Royaume serait déjà là "spirituellement" et de façon "intemporelle" comme le pensent les tenants du courant dit "amillénariste", mais que le Royaume terrestre est, aujourd'hui, "en train d'advenir" ; les miracles observés lors des rassemblements et des célébrations étant perçus de ce fait comme les signes de cet avènement que le fidèle peut - et doit - contribuer à hâter par son engagement militant. Le courant en question est ainsi principalement "postmillénariste" et, pour beaucoup de ces charismatiques de "troisième vague", contrairement aux pentecôtistes "classiques" prémillénaristes, contribuer à l'avènement du Royaume et à la victoire ultime sur les armées sataniques peut se faire par des "conquêtes" au détriment des forces du Mal, permettant de "déployer" le Royaume dans le temps et l'espace, y compris en investissant l'espace public (ce que l'on retrouve exposé notamment dans les théologies dite "dominioniste" ou du "Royaume maintenant" ("Kindom now").

    RépondreSupprimer
  3. Suite à la lecture du commentaire de Nicolas Ciarapica sur le site Blogdei où cet article a été repris, et après quelques vérifications, il semble qu'effectivement mes informations sur Frère Silouane Ponga (cité notamment dans la thèse de Justine Louis) ne soient plus aujourd'hui d'actualité, à ma grande confusion. Aussi, je barre le passage en question, en le laissant toutefois visible.

    RépondreSupprimer
  4. Apparemment, bien que ses oeuvres soient encore diffusées, y compris sur le site des éditions des Béatitudes (http://www.editions-beatitudes.com/f/index.php?sp=livAut&auteur_id=53), où il est présenté comme prêtre ayant "exercé des fonctions de gouvernement dans la communauté des Béatitudes", il semble bien que Frère Silouane Ponga ait été emporté dans la tourmente de la grave crise qui a ébranlé cette communauté charismatique catholique à partir de 2007...

    RépondreSupprimer
  5. amie de victimes22 août 2011 à 11:27

    Pour info, Frère Silouane Ponga n'a pas été "emporté dans la tourmente de la grave crise qui a ébranlé cette communauté ..." mais il lui a été demandé de quitter ses responsabilités et la communauté pour inconduite, suite à différentes plaintes déposées auprès de l'évêque d'Albi. Celui-ci lui a adressé des sanctions par précepte pénal en hiver 2008 ! Alors prudence !!!

    RépondreSupprimer
  6. Inconduite pas seulement mais dérive et affaires de moeurs dans l'accompagnement spirituel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez des preuves pour les affaires de moeurs ?
      Que l'Evangelisation a " l'africaine " de Silouane dérange et que des personnes se soient plaintes a l'eveque d'Albi je veux bien. Mais des histoires de mœurs ca m'étonne, alors des preuves, on ne peut accuser sans preuve. Combien de plaignant ? Pourquoi exactement ?

      Supprimer
    2. Après renseignement pris auprès d'une personne qui a suivi l'affaire.
      Une ancienne personne de la communauté qui n'était pas contente du discernement de Silouane sur sa vocation l'a accusé del'avoir touchée. Après enquête Silouane a été blanchi la fille s'est rétractée.

      Supprimer
    3. Juste pour informer Anonyme du 20 janv qui n'a pas l'air de s'être adressé à la bonne personne :
      La 1ere victime ne s'est jamais rétractée, depuis à ma connaissance il s'est rajouté au dossier 3 autres plaintes pour abus sexuels + divers temoignages de manipulations et autres...
      P.S.Ponga n'a pas été blanchi car le précepte pénal de 2008 est toujours en cours !
      Le dossier a été réouvert par le nouvel Evêque d'Albi et donc une partie des plaignants est réentendu depuis l'été 2012 à l'Officialité de Toulouse.
      Si vs voulez la confirmation de l'enquête en cours contactez-les !!!

      Supprimer
    4. "le précepte pénal de 2008" pouvez vous nous donner copie de fameux document SVP?

      Supprimer
  7. Alors que débute, à Rodez, le procès de Pierre-Etienne Albert, l'ancien chantre de la communauté des Béatitudes, accusé d'abus sexuels sur plusieurs dizaines d'enfants, on commence à reparler de frère Silouane Ponga. En juin de cette année, celui-ci aurait soutenu, en théologie, une habilitation à diriger des recherches, à l'Université de Strasbourg, sous le nom de Sylvain Ponga (voir ici : http://www.ignitestrasbourg.com/2011/06/08/habilitation-a-diriger-des-recherches-monsieur-sylvain-ponga/. On trouve aussi diverses publications sur Internet sous ce nom de Sylvain Ponga, mais aussi avec le prénom Sylvain-Serge, ou encore Silouane-Serge).

    De plus, malgré l'interdiction de ministère pour cinq ans décidée à son encontre en 2008 par l'autorité ecclésiastique, il semble que S. Ponga ait récemment failli être nommé prêtre dans le diocèse de Montpellier, selon un article paru le 19/11/2011 dans le journal Le Midi Libre, l'annonce de son arrivée ayant provoqué un tollé de la part de certains fidèles locaux (voir la version en ligne, suivie de commentaires instructifs : http://www.midilibre.fr/2011/11/18/encombrant-pretre-au-diocese-de-montpellier,419183.php).

    RépondreSupprimer
  8. que peut-on dire?
    nous, nous recherchons une Église stable conduite par l'Esprit Saint de Dieu et c'est tout!!! le reste...

    RépondreSupprimer