dimanche 1 avril 2012

"Kony 2012" : l'analyse de Pressenza (International Press Agency)

 Pour ceux qui n'en auraient pas encore entendu parler, une vidéo incitant à la capture de Joseph Kony*, un chef rebelle ougandais visé par un mandat d'arrêt de la Cour pénale Internationale pour "crimes de guerre" et "crimes contre l'Humanité", a été à l'origine d'un énorme "buzz" récemment sur Internet. Cette vidéo "virale", réalisée par une ONG américaine, Invisible Children, a été visionnée par plus de 100 millions d'Internautes à travers le monde en à peine trois semaines. Rapidement cependant, des critiques plus ou moins virulentes ont été adressées à l'ONG en question et à son principal responsable, Jason Russell, quant au contenu de la vidéo, aux méthodes employées ou aux éventuelles motivations sous-jacentes. L'article dont je poste le lien ci-dessous est paru le 21 mars dernier sur Pressenza, site en ligne d'une agence de presse internationale cherchant à promouvoir la paix et la non-violence (site que j'ai découvert à cette occasion), sous la plume de Davide Schmid. Intitulé "Kony 2012 : un masque révolutionnaire pour un contenu réactionnaire", il présente l'intérêt d'aborder la question en soulignant l'appartenance d'Invisible Children à la mouvance protestante évangélique, ce qui n'est peut-être pas sans implication, selon l'auteur de l'article, quant à l'action de cette ONG dans le cadre de la diffusion de cette vidéo :

http://www.pressenza.com/npermalink/kony-2012x-un-masque-revolutionnaire-pour-un-contenu-reactionnaire

_______________________________________________________
* Joseph Kony, prophète autoproclamé, est, depuis la fin des années 1980, à la tête d'un mouvement armé se revendiquant du christianisme : l'Armée de Résistance du Seigneur (Lord's Resistance Army - LRA). Prenant le relais du "mouvement du Saint-Esprit" d'Alice Auma (plus connue sous le nom d'Alice Lakwena) dans sa lutte contre le gouvernement ougandais, après que la prophétesse acholie eut été contrainte de fuir, en 1987, au Kenya, la LRA de Joseph Kony, dont le but était d'instaurer une théocratie en Ouganda, s'aliéna très vite tout soutien populaire par ses terribles exactions : viols, rapines, meutres, mutilations et autres atrocités. Joseph Kony et la LRA sont aussi responsables de l'enlèvement de milliers de jeunes Ougandais : les garçons destinés à devenir des enfants soldats et les jeunes filles, des esclaves sexuelles (à ce propos, voir par exemple ici).


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire