lundi 29 octobre 2012

Reportage sur une campagne d'évangélisation dans le sud-ouest de l'océan Indien (2)

L'évangéliste Rémy Bayle
Je consulte régulièrement, avec un grand intérêt, le "carnet de bord" de la campagne menée par Rémy Bayle permettant de suivre au jour le jour le parcours de l'évangéliste métropolitain dans l'océan Indien. Non seulement pour ce qui concerne les documents "bruts" présentés, comme la vidéo ci-dessous intitulée "REPORTAGE / Plongez au coeur d'une séance d'exorcisme", enregistrée le 27 octobre dernier dans l'Eglise néocharismatique "La Bonne Nouvelle de l'Evangile", sise à Trois-Mares sur la commune du Tampon, mais aussi pour ce qui concerne certains éléments qui me semblent assez révélateurs quant aux lignes de force sous-tendant le discours du journaliste Paul Ohlott dans le cadre de ce carnet de bord.





Ainsi, cela n'est sans doute pas un hasard si la première interview présentée dans le contexte du récit journalier de cette campagne d'évangélisation, après un bref compte-rendu de la première soirée de Rémy Bayle sur l'île de la Réunion (à l'Eglise "La Bonne Nouvelle de l'Evangile, fondée en 1992 - voir la thèse de Valérie Aubourg, p. 328), est celle d'une jeune fidèle de la Mission Salut et Guérison (autrement dit des Assemblées de Dieu réunionnaises, représentantes d'un pentecôtisme "classique", doctrinalement proche du pentecôtisme originel né aux Etats-Unis au début du XXe siècle, qui, avec 22 000 baptisés dominent toujours largement dans le champ évangélique charismatique insulaire par rapport aux quelques 10 000 fidèles répartis dans les 31 autres Eglises pentecôtistes et néocharismatiques locales répertoriées par V. Aubourg).

Evoquant "l'atmosphère spirituelle" sur l'île, la jeune Réunionnaise affirme le "tiédissement" de la ferveur dans les milieux pentecôtistes locaux, y compris apparemment au sein de sa propre Eglise, faisant ainsi le constat d'une certaine "routinisation du charisme", pour reprendre l'expression wéberienne : "Je me rappelle du début de ma conversion à Jésus-Christ en 1991… il se passait de grands miracles dans la vie des gens, l’onction de Dieu était tellement forte… c’était palpable ! Je me souviens qu’il y avait beaucoup de conversions, de guérison de personnes atteintes de maladies incurables… l’église grandissait et se multipliait ! Aujourd’hui, j’ai l’impression que cette dynamique s’est un peu essoufflée, même s’il y a toujours de temps à autre des conversions et des guérisons miraculeuses".

Apparaît indéniablement là, dans ce discours mis en avant par Paul Ohlott, de quoi justifier la présence sur l'île de l'évangéliste métropolitain, présenté ainsi implicitement comme le vecteur d'un "nouveau souffle", susceptible d'embraser à nouveau la vie charismatique locale, de faire repartir les "braises spirituelles" insulaires en voie de refroidissement (pour reprendre les métaphores très souvent usitées dans ces milieux).

Shofar. Souce : religion.wiki.com
Une autre information qui me semble significative dans le cadre de ce "carnet de bord", est le fait que, le 28 octobre, Rémy Bayle soit allé jouer du shofar, cet instrument de musique israëlite en usage aujourd'hui dans certains courants de la "Troisième vague" néocharismatique, au pied du Piton de la Fournaise, le volcan de La Réunion. Certes, le discours d'intercession de l'évangéliste à cette occasion associait, métaphoriquement, la lave du volcan au "Feu de l'Esprit-Saint, priant que ce "Feu" se répande dans toute l'île comme la lave sur les flancs du volcan, mais quant on connaît la symbolique associée traditionnellement au Piton de la Fournaise à La Réunion, considéré comme "la bouche de l'Enfer" (voir Chaudenson, Barat & Carayol, Magie et sorcellerie à la Réunion, Livres Réunion, 1983  ou Daniel Honoré, Kroyans, UDIR, 1994), on ne peut manquer de voir dans ce geste l'affirmation d'une "prise de possession territoriale", pour Dieu et contre les démons, autrement dit d'un marquage de l'espace insulaire pour arracher celui-ci aux"griffes" des esprits "territoriaux" (selon le système conceptuel de la "cartographie spirituelle" - spiritual mapping - promu dans le monde entier par des personnalités néocharismatiques comme George Otis Jr ou le théologien C.P. Wagner).
Piton de la Fournaise, source wikipedia
Enfin, élément qui montre d'évidence que le reportage effectué par Paul Ohlott est avant tout un moyen de promotion, un instrument supplémentaire de prosélytisme dans le cadre de cette campagne d'évangélisation (cette remarque n'est en aucune façon de ma part un jugement critique, mais est un simple constat), c'est l'insistance, dans la note datée du 29 octobre et intitulée "Paul Ohlott / Faits divers, sur les "incidents" émaillant le voyage, clairement attribués à la sorcellerie locale et, plus largement, à la réaction des entités démoniaques insulaires quant à la présence de l'évangéliste métropolitain venu les défier dans le cadre du "Combat spirituel" opposant les "forces du Bien" à celles du "Mal".

Un des principaux intérêts de ce "carnet de bord" est donc, pour moi, de voir s'y déployer les différents temps successifs de ce Combat et la "stratégie" mise en oeuvre par les soldats de Dieu venus "libérer" le territoire réunionnais perçu comme encore sous l'emprise des démons malgré les décennies de présence pentecôtiste-charismatique sur l'île...

***

PS : Le nom de la seconde Eglise locale accueillant Rémy Bayle dans son périple réunionnais est intéressant à signaler dans le cadre de la "logique des réseaux" évoquée dans ma note précédente, dans la mesure où il s'agit de "Souffle nouveau", l'assemblée implantée sur l'île en 1998 par un missionnaire métropolitain (voir à ce sujet la thèse de Valérie Aubourg, pp. 291-293, voir aussi, ce site). Or, une autre Eglise "Souffle Nouveau", créée à Madagascar trois ans plus tôt (en 1995) par le même missionnaire, Mikaël Réale, se trouve être aujourd'hui le relais local d'Action Mondiale Evangélisation, le ministère de Rémy Bayle.

2 commentaires:

  1. Bonjour,

    Pour ce qui est des 1eres 2emes, 3mes vagues, c'est un peu un cliché..stereotype.
    Je respecte le travail mais cet article est clairement "orienté". Et c'est ce que les annalystes bien-intententionnés comme l'auteur de cet article reprochent en général aux évangéliste "à l'américaine" ou encore "troisieme vague" comme ils les appellent.
    Le manque de transparence dans leur démarche, leurs intentions douteuses..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est là votre avis que Rémy Bayle lui-même, avec lequel je me suis entretenu quelques mois après la publication de ces articles ne semble pas partager,... Personnellement, je ne fais de procès d'intentions à personne, pas plus que j'ai moi-même "d'intentions douteuses" plus ou moins cachées, soyez en assuré.
      Bien cordialement,

      Supprimer